Home - News - Links - Antic photos - Articles on toys & dolls
actualités - liens - photos anciennes - articles jouets et poupées
 
 
JOURNAL DU 11 OCTOBRE 1902
LE CONCOURS DE JOUETS.

Ainsi que l'a annoncé le Journal, c'est hier qu'a eu lieu, au Jardin de Paris, le vernissage du Concours de jouets .
M. Laurent, secrétaire général de la préfecture, accompagné de MM. Touny, directeur, et Mouquin, sous-directeur de la police municipale, remplaçait M. Lépine.
Bien avant deux heures, l'instant fixé pour l'ouverture, une foule nombreuse se pressait à la porte du vaste établissement prêté d'une façon si obligeante, pour la circonstance, aux organisateurs, MM. Seigneurie et Gros, par M. Oller.
Foule élégante autant que nombreuse, d'ailleurs ! Sous le clair soleil et les grands arbres du jardin, près du théâtre au rideau baissé, des mamans allaient lentement, conduisant des enfants aux yeux brillants. Faut-il le dire ? Les grands comme les petits semblaient brûler d'une fièvre de curiosité.
Et l'on va et l'on vient, se pressant et riant devant l'extenseur physique, plein d'admiration à la vue de l'armoire-lit pour poupée , d'une si ingénieuse invention, d'un si méticuleux travail.
Puis, sagement, sans hâte, sans récrimination, tous font la queue à l'entrée du sous-sol, où se trouvent les inventeurs exposant les objets qu'ils ont découverts cette année.
Certes, derrière les balustrades placées là pour éviter l'encombrement que l'on avait noté l'an dernier, tout mériterait d'être remarqué. Mais, comme dit l'autre : Ils sont trop !
C'est un scintillement, un miroitement, un chatoiement de couleurs, qui se fondent harmonieusement sous la lumière électrique...
Peu à peu, l'oeil s'habituant à cet éclat, voici que se détache une véritable merveille de patience. C'est un théâtre démontable où l'on peut jouer une féerie de trente tableaux sans baisser le rideau ! M. Leroux, ouvrier ciseleur, a commencé ce chef-d'oeuvre , à ses moments perdus, en 1884 ; il n'a cessé d'y travailler depuis cette époque !
Autour de ce monument se promène un tramway électrique dont les lampes s'allument en marchant ; une voiture transportant des arbres est à côté.
Plus loin, voici la marche du cri-cri national, le jeu d'oie agricole, le jeu de patience agricole, avec lequel l'enfant fait lui-même un jardin d'agrément, une cour de ferme, un potager ; l'orchestre de tziganes, la mouette volante, l'Apache et le gendarme, le jeu du président et des électeurs.
Mais que ceci ? Malgré les injections des agents, leurs vigoureux : "Circulez, Mesdames et Messieurs ! " voici que les visiteurs s'arrêtent obstinément. Tous s'amusent à regarder le casse-tête parisien, formé de deux planchettes qu'il faut séparer l'une de l'autre, toutes réunies qu'elles soient par une cordelette...
Et l'on avance de nouveau, donnant un coup d'oeil au "cerf-volant prodigieux", à la "Bastille des rongeurs", stoppant devant la "bataille de fleurs", une jolie innovation. C'est un jeu de tir qui se compose d'environ vingt-sept roses en papier munies de bardanes, d'une cible en drap de plusieurs couleurs et de quatre tubes projecteurs.
Et puis, il y a aussi des poupées, d'admirables et modernes poupées qui feront l'admiration de tous, grands et petits.
Mais il faut clore là cette énumération et se reporter à l'article publié hier dans le journal.
En résumé, le succès de cette première journée a été très grand, et nous souhaitons bien vivement que le beau temps continue aujourd'hui, demain, tant que l'exposition durera, pour que le plus grand nombre possible puisse voir et admirer l'oeuvre des grands et petits industriels parisiens.



Copyright jacky broutin - pitcheetoy.com - 2007